Organisme de Formation et d'Évènements en Psychologie Appliquée

Pourquoi le rêve dit souvent le contraire de la conscience ?

“Comme le sens de la plupart des rêves ne coïncide pas avec les tendances de la conscience, mais fait apparaître de singulières divergences, nous devons admettre que l’inconscient, matrice des rêves, a son fonctionnement indépendant. C’est ce que je désigne par autonomie de l’inconscient. Non seulement le rêve n’obéit pas à notre volonté, mais souvent il s’oppose même très nettement aux intentions de la conscience. Cette opposition peut cependant ne pas être toujours aussi frappante. Parfois le rêve ne s’écarte que dans une faible mesure de l’attitude ou de la tendance consciente, y apportant de simples modifications, de simples retouches ; il y a même des cas où il peut occasionnellement coïncider avec le contenu et la tendance de la conscience. Pour caractériser d’un mot et à la fois tous les modes de comportement du rêve, le seul concept acceptable qui se soit présenté à mon esprit est celui de compensation. C’est le seul qui me paraisse les résumer tous avec pertinence. La compensation doit être strictement distinguée de la complémentation. Le complément est un concept trop limité et trop limitatif qui ne suffit pas à expliquer de façon satisfaisante la fonction du rêve ; en effet, il indique uniquement qu’une chose vient pour ainsi dire obligatoirement s’ajouter à une autre et la compléter. La compensation au contraire, ainsi que le nom le dit, est l’affrontement, la comparaison, la confrontation, de différentes données ou de différents points de vue, d’où peut résulter un redressement ou un équilibre.”

Extrait de “La guérison psychologique” de C.G. Jung

Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne rien manquer
Je m'inscris
Rejoignez 25347 abonnés
close-image
Messenger icon
Envoyez un message sur Messenger