Organisme de Formation et d'Évènements en Psychologie Appliquée

Introduction à la psychométrie par Julien-Daniel Guelfi – Partie 1

L’emploi d’une évaluation standardisée en psychiatrie est relativement récent. La psychométrie désigne cette discipline qui consiste précisément à évaluer les phénomènes psychiques à l’aide d’instruments standardisés d’appréciation.

Elle a été définie en 1879 par Galton comme « l’art d’imposer aux opérations de l’esprit la mesure et le nombre ». Cette psychologie quantitative qui, souvent, explore des contenus psychopathologiques, comprend les tests mentaux (Cattell, 1890), dont les questionnaires font partie, les échelles d’évaluation (1915) et, de développement plus récent, les listes de critères diagnostiques.

Dans les tests mentaux, un stimulus rigoureusement standardisé est présenté à un sujet. La réaction de celui-ci – c’est-à-dire sa réponse – est enregistrée et comparée à celle d’une population de référence, population générale ou population atteinte d’une pathologie définie. Cette comparaison permet un classement quantitatif ou typologique du sujet examiné par rapport à la population d’étalonnage de référence (P. PICHOT).

Dans les échelles d’évaluation, le comportement du sujet examiné est observé dans une situation semi-standardisée seulement ; et c’est un observateur qui apprécie l’absence ou l’existence ainsi que l’intensité éventuelle de divers symptômes ou comportements.

Dans le langage courant, on distingue donc les tests que sont les questionnaires (inventories) remplis par les patients, « auto-questionnaires » ou questionnaires « auto-estimation » et les échelles d’évaluation (rating scales) remplies par des tiers. Cette distinction est moins tranchée dans la littérature anglo-saxonne où les questionnaires sont souvent qualifiés de « self rating-scales ».
Les listes à cocher (check-lists) sont, selon les cas, remplies par les patients, assimilées alors aux questionnaires, ou remplies par des observateurs. Les listes de critères appartiennent à cette dernière catégorie. Elles sont parfois intitulées « échelles-critères ».

Professeur Émérite Julien-Daniel Guelfi

Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne rien manquer
Je m'inscris
Rejoignez 25347 abonnés
close-image
Messenger icon
Envoyez un message sur Messenger
})(jQuery)