Formations, Éditions & Ressources en Psychologie Appliquée

Elizabeth Loftus, pionnière de l’expertise en psychologie judiciaire moderne

Elizabeth Loftus est considérée comme la pionnière de la psychologie judiciaire moderne pour ses travaux innovants sur la malléabilité de la mémoire et son engagement permanent contre les erreurs judiciaires. Élue à la prestigieuse Académie Nationale des Sciences américaine, elle a été classée chercheure en psychologie la plus influente du XXe siècle par General Review of Psychology’s (58ème sur la liste et première femme).
Suite à l’obtention d’un double doctorat en psychologie et mathématiques à l’Université de Stanford en 1970, elle intègre comme chercheure l’Université de Washington avant de rejoindre l’Université de Californie, Irvine, en 2002. Après des premiers travaux scientifiques axés sur la mémoire sémantique, elle se tourne rapidement vers la recherche appliquée. Partant de l’observation des accidents de la route, elle démontre d’abord comment une suggestion rudimentaire – un mot connoté au sein d’une question (les voitures se sont percutées ou touchées) – peut altérer le rappel d’une scène-critique (présence de verre brisé sur la scène) et élabore ainsi un nouveau paradigme de recherche, le paradigme de désinformation. Souhaitant développer ses recherches sur le témoignage oculaire, elle alterne travail de terrain au sein des services de police et travail de recherche en laboratoire où elle se concentre sur le concept de faux-souvenirs. Ses résultats innovants sont bientôt reconnus par de nombreux avocats et professionnels de la justice et lui valent d’être sollicitée comme consultante ou experte à l’occasion de centaines d’affaires judiciaires. Après avoir été confrontée au cours des années 1990 à l’affaire George Franklin – cet homme fut condamné pour meurtre sur la seule base du témoignage de sa fille, reposant sur un souvenir d’enfance « retrouvé » en thérapie –, elle teste expérimentalement l’hypothèse de l’implantation de faux souvenirs d’évènements complets en mémoire. Elle démontre alors qu’il est possible d’implanter en mémoire, par suggestion et imagination, le faux souvenir d’un événement qui n’est jamais survenu.
E.F. Loftus (1979). Eyewitness Testimony. Cambridge: Harvard University Press.
Loftus, E.F., Doyle, J.M. & Dysart, J. (2013) Eyewitness testimony: Civil & Criminal, 5th edition. Charlottesville, Va: Lexis Law Publishing.
Loftus, E.F. & Ketcham, K. (1997). Le syndrome des faux souvenirs. Collection Regard Critique : Editions Exergue, Bastei Lubbe Publishing.
Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne rien manquer
Je m'inscris
Rejoignez 25347 abonnés
close-image
Messenger icon
Envoyez un message sur Messenger
})(jQuery)