Formations, Éditions & Ressources en Psychologie Appliquée

Diagnostic expérimental des pulsions et médiation

Initialement conçu pour aider au diagnostic psychologique, le test de Szondi (diagnostic expérimental des pulsions) a montré depuis sa création en 1946 que ses possibilités allaient largement au delà d’un simple outil d’aide au diagnostic. En effet ce test s’appuie sur une théorie des pulsions particulièrement intéressante car elle envisage l’individu sous des aspects de sa personnalité qui ne sont jamais abordés avec d’autres tests projectifs comme le Rorschach ou le T.A.T. Pour Szondi la personnalité peut se comprendre selon une répartitions de 8 besoins fondamentaux véhiculés par des pulsions, elles mêmes au nombre de quatre ; chaque pulsion mobilisant ainsi deux besoins. Lorsqu’un besoin apparaît le sujet peut se sentir en accord avec ce besoin ou bien cela peut le mettre mal à l’aise, il réagira alors négativement au stimulus ayant déclenché le besoin. Ces besoins sont :

– Le besoin de sécurité, de s’accrocher à quelqu’un, de convivialité… Ais-je envie de contact ou bien suis-je plutôt solitaire en ce moment ?

– Le besoin d’aller voir ailleurs, d’explorer des lieux, de faire des rencontres, de se confronter à des nouvelles idées. En ce moment, suis-je dans cette dynamique ou bien mais-je plutôt envie de stabilité ?

– Le besoin qu’on s’occupe de moi, l’envie de tendresse et d’affection ou bien préféré-je m’occuper des autres, de causes qui me dépassent ?

– Le besoin de compétition, être le meilleur, avoir le contrôle des situations voire de certaines personnes. Mais je peux aussi vouloir éviter la compétition, me sentir plus à l’aise quand on me dit ce que je dois faire.

– Le besoin d’exprimer ma colère. Mais peut être est-il préférable de me contrôler ?

– Le besoin d’exprimer mes sentiments ou suis-je plutôt pudique ?

– Le besoin d’avoir, de posséder des choses ou bien suis-je capable de renoncer, quelquefois trop facilement peut-être ?

– Le besoin de m’affirmer en tant que leader ou suis-je plutôt de ceux qui préfèrent exister en apportant leur pierre à l’édifice ?

Toutes ces questions, sans en avoir l’air, le test les pose au sujet et l’aide à y réfléchir. Quelquefois le simple fait d’avoir été confronté à ce diagnostic des pulsions permet aux personnes de se sentir mieux. Souvent ces questions sont sous-jacentes, on sent qu’on est en difficulté dans notre vie sans savoir très bien où exactement se situent ces difficultés. Le travail du thérapeute peut alors être grandement facilité par l’utilisation de cet outil. La prise en charge thérapeutique plus rapide et efficace. Particulièrement avec les personnes qui n’arrivent pas très facilement à parler de leurs problèmes. Ainsi le test de Szondi peut il agir comme un véritable outil de médiation thérapeutique.Du point de vue pratique, la passation est très légère : 10 mn. maximum. La structure du test n’entraîne jamais d’angoisses massives.

Pour conclure : après avoir observé chez des patients hospitalisés que la simple passation du test de Szondi avait en elle même des effets thérapeutiques, et en accord avec la méthode employée par Philippe Lekeuche j’ai utilisé ce test dans certaines de mes consultations. L’effet de facilitation thérapeutique est clairement avéré. Il est toutefois nécessaire d’avoir une solide formation car l’interprétation doit se faire instantanément en présence du patient. Les interprétations proposées doivent l’être avec la plus grande délicatesse dont est capable le clinicien. Ces recommandations posées l’utilisation du “Szondi” comme médiateur thérapeutique apparait comme une solution légère et efficace aux difficultés de certaines situations thérapeutiques.

Thierry Bisson, Maître de conférences, habilité à diriger des recherches, UNICE – spécialiste international du test de Szondi.
Il interviendra pour l’AFPAG en 2018 pour une formation exceptionnelle.

Découvrir le TEST DE SZONDI

Inscrivez-vous à notre newsletter pour ne rien manquer
Je m'inscris
Rejoignez 25347 abonnés
close-image
})(jQuery)